Communiqué - Paris, le 10 décembre 2000

APRÈS L'ÉCHEC DU SOMMET DE NICE, LES MARCHES EUROPÉENNES CONTRE LE CHÔMAGE DONNENT RENDEZ-VOUS EN SUÈDE AUX CHEFS D'ÉTAT DE l'UNION EUROPÉENNE

Le Sommet de Nice est en train de s'achèver, et le réseau des Marches européennes contre le chômage, la précarité et les exclusions (qui rassemble en France les principales associations de chômeurs : AC!, MNCP et APEIS) se félicite d'avoir contribué à troubler les festivités.

La Charte des droits fondamentaux, principale cible de notre mobilisation, a été proclamée à la sauvette, comme si ses auteurs en avaient honte. Elle n'a pas été intégrée aux Traités de l'Union européenne et nous nous en félicitons, car nous considérons que ce texte est nettement en retrait par rapport aux droits sociaux existant en Europe.

La mobilisation du Réseau des Marches européennes et du Collectif unitaire pour une autre charte a permis de rassembler plus de dix mille personnes le mercredi 6 décembre contre cette Charte des droits fondamentaux, et de réaliser le jeudi matin un siège symbolique et pacifique de la conférence des chefs d'État.

Quelques actes très isolés et très minoritaires ont été scandaleusement amplifiés, alors que le siège du Sommet s'est déroulé, comme nous l'avions annoncé, dans un esprit de non-violence active. Ce sont les interventions violentes et disproportionnées des forces de l'ordre qui ont provoqué l'essentiel des réactions imputées aux manifestants.

Nous dénonšons les multiples violences infligées aux droits fondamentaux par les autorités franšaises au cours de ce Sommet :

  • 1200 italiens retenus pendant plusieurs jours à Vintimille et privés de leur droit à manifester pacifiquement;
  • Des centaines de chômeurs, rmistes et précaires empêchés de prendre le train pour parvenir à Nice, et quelques fois violemment matraqués par les forces de l'ordre;
  • Plusieurs journalistes agressés ou importunés dans la ville de Nice pendant les manifestations et hors de celles-ci;
  • De multiples cas d'arrestations et de détentions arbitraires, et de violences policières.
  • La condamnation indigne de deux jeunes manifestants espagnols à un mois de prison, leur seul tort avéré étant d'avoir chacun un canif pour leur casse-croûte !

Le Réseau des Marches européennes contre le chômage continuera dans les mois à venir son action pour que s'instaure en Europe un véritable droit à l'emploi, au revenu et au logement.
Prochain rendez-vous donné aux Chefs d'États : Göteborg en Suède en juin 2001, où se tiendra un nouveau Sommet, et où d'importantes manifestations se préparent dors et déjà pour faire entendre la voix des peuples contre la marchandisation de l'Europe et du monde.

Patrice Spadoni
Réseau des Marches européennes contre le chômage, la précarité et les exclusions

pied

 

 

Archives

Secrétariat des Marches

Sommaire / Archives

Chronologie

Le developpement des Marches

E-Mail Webmaster