Coordination des Marches européennes du 21 avril 2001 à Bruxelles

Présent(e)s : Autriche, Allemagne, Belgique, France, Grèce, Italie, Luxembourg, Hollande.

Marches européennes : premiers bilans

Précédant la réunion de préparation de « l'Assemblée européenne des chômeuses, chômeurs et précaires en lutte  », la coordination des Marches européennes réserva la matinée du samedi pour faire le point sur le réseau des Marches cinq ans (déjà... !) après son lancement et sur son avenir dans le cadre des mouvements sociaux européens et mondiaux.

Sur le bilan, un constat s'impose : les Marches européennes ont fortement contribué par leurs initiatives de mobilisations et de débats à rendre public et offensif le combat contre le chômage et la précarité et ainsi à favoriser le rapprochement entre les organisations de chômeurs et le monde syndical à l'échelle européenne, à penser et à agir à l'échelle de l'Europe. On a pu voir à Nice le chemin parcouru depuis Amsterdam, mais aussi... celui qui reste à faire !

Ce faisant les Marches européennes ont aidé à l'appropriation par les composantes du mouvement social des questions liées à la construction européenne, notamment pour ce qui concerne l'emploi et les revenus, les droits sociaux et fondamentaux. Les organisations du mouvement social s'intéressaient peu à ce qui se passait au niveau européen. Nice a marqué un tournant significatif. Le mouvement social a désavoué la Charte des droits fondamentaux élaborée par la Commission dans la perspective d'en faire le préambule de la future constitution européenne, dans le cadre d'un processus qui s'achèvera en 2004.

Le réseau des Marches approfondira dans les mois et les années qui viennent les questions liées à la construction néolibérale de l'Union européenne. Quelle Europe voulons-nous ? Quelle Europe dans quel monde ? Nous programmons pour la mi-octobre 2001 des rencontres et journées d'étude à cet effet.

Homepage

Secrétariat des Marches

Sommaire / Archives

Chronologie

Le developpement des Marches

 

Assemblée des chômeurs - Réunion de préparation

Groupe de travail précarité

Pour l'unité dans l'action des mouvements européennes

 

Download zip (tous les textes)

»Pour l'unité dans l'action des mouvements sociaux européens«

Continuer à lutter, mais comment, avec qui, dans quel contexte ?

Patrice Spadoni présenta la dernière mouture de l'appel « Pour l'unité dans l'action de mouvements sociaux européens ».

Nice a amplement démontré dans la rue la diversité des composantes sociales prêtes à se mobiliser aujourd'hui à l'échelle européenne. Les dernières luttes contre les licenciements notamment montrent qu'il y a urgence. Les organisations des mouvements sociaux ont pris beaucoup de retard en la matière alors que les patrons et leurs gouvernements construisent leur Europe libérale depuis plus de cinquante années. Comment rattraper le temps perdu et surtout dépasser les particularismes nationaux et organisationnels qui freinent une convergence de plus en plus nécessaire ?

 

 

Déclaration

Le projet de Pierre Bourdieu que nous avons soutenu pour des « Etats généraux du Mouvement social européenne » a fait avancer l'idée de la création d'un réseau européen. D'autres coordinations et structures européennes existent déjà ou commencent à émerger souvent suite à de fortes mobilisations ( luttes syndicales, coordination européenne pour le droit des femmes, dans la foulée de la Marche mondiale des femmes, coordination dans la lutte pour le droit au logement, coordination des sans-papiers contre l'Europe forteresse, coordination des réseaux pacifistes contre la militarisation de l'Europe, etc ...)

Appel pour des Etats généraux (2000)

Comment alors mettre le maximum de forces en synergie, dans le respect des identités et spécificités de chaque composante ? C'est à cette tâche que veulent s'atteler les Marches européennes dans les mois qui viennent. Le dénominateur commun pourrait être, au départ, l'élaboration commune d'une Charte revendicative des droits sociaux fondamentaux, à partir des luttes en cours dans toute l'Europe, une Europe ouverte sur le monde. Les mobilisations lors du sommet de Laeken-Bruxelles à la mi-décembre 2001 seront l'occasion de proposer une réunion des réseaux intéressés par en débattre et prendre des initiatives en conséquence.

Assemblée des Chômeurs: sommaire

De même nous garderons le contact avec les réseaux de lutte contre la mondialisation que nous avons rencontrés à Nice et avec lesquels nous préparerons notamment les mobilisations de Barcelone et Gênes du 14 au 22 juillet. (Depuis la coordination, la Banque mondiale a annulé son « sommet » de Barcelonne : il semble que les associations et les syndicats maintiennent leur rendez-vous !)

www.genoa-g8.org

Dans la mesure de nos moyens (faibles...) nous participons aux initiatives du Forum social mondial de Porto Allegre. Prochaine rencontre à la mi-août au Mexique.

Le texte proposé par Patrice a été retravaillé et adopté à Bruxelles. Nous vous l'avons déjà fait parvenir. Il existe sur le site internet en allemand, anglais, espagnol, franšais, néerlandais et bientôt en italien. Dans chaque pays sont projetées des réunions unitaires larges pour en débattre. (www.euromarches.org)

Continuons le combat contre le chômage, la précarité et les exclusions !

Cette ouverture aux autres réseaux ne doit pas nous éloigner, bien au contraire, de l'objet premier de l'existence des Marches européennes, à savoir la lutte contre le chômage et toutes les formes de précarité et d'exclusions. La baisse des taux de chômage en Europe est toute relative. Et Schröder a beau traiter les chômeurs de fainéants, ce ne sont pas les emplois précaires que l'on nous propose qui réduiront le nombre des 60 millions de pauvres de l'Union européenne. D'où la priorité donnée à la préparation de « l'Assemblée européenne des chômeuses, chômeurs et précaires en lutte ».

Nous continuerons à suivre de près ce qui est débattu et décidé dans les sommets de l'Union européenne, notamment en matière des politiques de l'emploi, de la lutte contre la précarité etc... Le prochain rendez-vous aura lieu à Göteborg les 15 et 16 juin 2001. Nous espérons pouvoir organiser un bus « européen » depuis Bruxelles. D'autres initiatives sont annoncées depuis Berlin et Hambourg. Dans le même temps, les SDF de Charleroi marcheront jusqu'à Liège en Belgique. Juste avant la France connaîtra de fortes mobilisations contre les licenciements massifs de ces derniers mois.

Secrétariat des Marches européennes

pied

 

 

Début Page

Homepage

Secrétariat des Marches

E-Mail Webmaster