Communiqué de presse

11/12/99

 

Les journées des 10 et 11 décembre 1999 ont été marquées dans toute l'Europe par d'importantes mobilisations contre le chômage et la précarité, au moment même où le sommet de l'Union européenne validait les recommandations de la Commission européenne aggravant les conditions de vie des chômeurs et précaires, notamment des femmes et des chômeurs de longue durée.

En France, les organisations de chômeurs ont occupé le 10 décembre 1999 les bâtiments de la « Mission 2000  » du ministère de l'emploi de Martine Aubry. Cette mission a pour but la « fraternité ». Les miettes accordées par Martine Aubry pour les chômeurs ont peu à voir avec la « fraternité  ». Le samedi 11 décembre, dix mille manifestants à Paris et plus de cinquante mille en France pour réclamer la prime de NoŽl de 3000 FF et l'augmentation des minima sociaux de 1500FF.

 

 

Appel

Plus d'une centaine de villes en Europe ont connu des mobilisations importantes contre le chômage et la précarité, contre le workfare, pour des revenus décents et les droits sociaux. Actions, rassemblements et manifestations dans les capitales comme à Helsinki, Rome, Madrid, Amsterdam, Bruxelles, Copenhague, Berlin, Genève, mais aussi dans de nombreuses grandes villes de tous les pays de l'Union européenne.

L'année 2000 connaîtra le « sommet social  » de Lisbonne en mars. Nous y serons pour faire entendre la voix des 17 millions de chômeurs et des 60 millions de précaires de l'Union européenne, l'entité économique la plus riche de la planète. Lors du deuxième semestre de l'an 2000 la France accueillera la CIG pour la révision du traité. Nous donnons rendez-vous à toutes les forces associatives, syndicales et politiques pour en finir avec le chômage de masse, le travail précaire et forcé, pour des revenus décents pour toutes et tous, pour les droits sociaux.

pied

 

 

Secrétariat des Marches

Homepage
deutsch
english