Pour une Europe sociale - sans chômage, pauvreté ni exclusion

Conférence internationale de chômeurs syndiqués et de représentant(e)s de syndicats de quatre pays européens.

Bielefeld, du 5 au 8 octobre 2000

Déclaration

Nous, chômeurs syndiqués et représentant(e)s de syndicats d'Allemagne, d'Autriche, de Belgique et de Hollande

nous exigeons des organes législatifs nationaux et européens, des représentant(e)s politiques municipaux, nationaux et européens:

  • qu'ils intègrent les syndicats et les représentant(e)s des chômeurs dans toutes les évaluations, mesures et planifications concernant les marchés du travail et les politiques sociales,
  • qu'ils placent la réduction radicale du chômage de fašon conséquente au centre de leur politique. Il faut combattre le chômage, pas les chômeurs,
  • qu'ils créent les conditions pour permettre et diffuser des modèles socialement justes de politique sociale et de politique d'emploi au niveau municipal et national,
  • qu'ils conviennent de critères qualitatifs et quantifiables pour des standards de protection sociale et qualification professionnelle des chômeurs et définissent des standards minimums,
  • qu'ils élargissent la contribution publique à la création d'emplois écologiques et utiles et misent surtout sur des contrats de travail réguliers et stables.

nous exigeons des syndicats nationaux, des confédérations syndicales et de la Confédération européenne syndicale (CES):

  • qu'ils mettent sur un pied d'égalité leurs collègues chômeurs dans leurs structures organisationnelles et organes de décision avec d'autres personnes ou groupes de salariés, sans réserve quant à l'affiliation et l'engagement des chômeurs dans les syndicats,
  • qu'ils agissent de fašon plus offensive et conséquente contre toute exclusion et discrimination sociale,
  • qu'ils mettent en relief la réduction du temps de travail hebdomadaire et la baisse des horaires maximums de travail prévus par les lois comme instruments pour une redistribution du travail disponible au profit des chômeurs,
  • qu'ils mandatent la CES (et lui en donnent les moyens) pour représenter les intérêts des chômeurs et pour en suivre la coordination dans le mouvement syndical européen.

nous attendons des associations des chômeurs organisées au niveau régional et national:

  • qu'elles renforcent leur coopération au niveau national et européen, se coordonnent mieux et combinent leurs actions politiques,
  • qu'elles interpellent et appuient les syndicats et leurs confédérations comme représentants aussi les intérêts des chômeurs,
  • qu'elles se joignent l'appel de la CES et des Marches Européennes à manifester à Nice le 6 décembre 2000, la veille du sommet européen, pour l'intégration de droits sociaux dans le traité de la Communauté et pour une politique de l'emploi européenne.

Bielefeld, le 8. octobre 2000

La conférence internationale « Pour une Europe sociale - sans chômage, pauvreté ni exclusion » a été organisée par le Förderverein gewerkschaftliche Arbeitslosenarbeit e.V. en collaboration avec le syndicat IG Metall. Elle a été soutenue par la « Direction Générale pour l'emploi et les questions sociales » de la Commission Européenne. Y ont participé 70 chômeurs syndiqués et des représentant(e)s de syndicats d'Allemagne, d'Autriche, de Belgique et de Hollande.

Traduction: Michel Rousseau

Contakt:
Koordinierungsstelle gewerkschaftlicher Arbeitslosengruppen
Marktstr. 10
33602 Bielefeld
Fon: 0049-(0)521-96784-0
Fax: 0049-(0)521-96784-22
e-mail: info@erwerbslos.de
www.erwerbslos.de

 

original allemand

 

 Fuss

 

 

Début Page

Archives

Secrétariat des Marches

Sommaire / Archives

Chronologie

Le developpement des Marches

E-Mail Webmaster