ac-forum
-----------

Orgiva - Almunecar
16-17 juin

[Bon, voir des copains profiter d'une matinée calme pour commencer à rédiger leur compte-rendu de la marche me fait dire qu'il faut que je vous envoie quand même quelques infos.... ;-)
(beaucoup plus tard) Bon, pas eu le temps de terminer à temps, alors voici deux jours pour le prix d'un... C'est promis, j'essaierai d'être plus régulier les prochains jours... ;-)) ]

Dimanche :

Après une petite AG en fin de matinée, les marcheurs partent vers Orgiva pour un débat sur les enjeux de la marche Andalouse, axée sur les conséquences des deux industries prédominantes dans la région : les serres et le tourisme.

Comme je l'ai écrit dans mon précèdent message, sur plus de 100km, entre Alméria et Motril, les serres sont l'élément omniprésent dans le paysage côtier.
Ici, les travailleurs ne sont payés que 20 à 25 euros par jour, pour des journées de 8 à 10 heures. Ceci sans contrat correct ni couverture sociale, évidement. Moins de 1% est en CDI et seuls les plus chanceux bénéficient d'une formule de contrat leur guarantissant de travailler quetre mois par an.. Mais aucun n'a droit à une assurance chômage... Autre aspect de la précarité. ils habitent la plupart du temps dans des baraques abandonnées. Et bien sûr, ils sont étrangers en majorité, et souvent sans-papiers.
Autre point critique à propos des serres : L'aspect écologique. J'ai déjà parlé des problèmes d'irrigation et de polution, j'ajouterais aussi que les groupes agro-alimentaires se servent aussi de la région de banc d'essai de nouvelles techniques, avec parfois des résultats parfois très dangereux. Comme par exemple cette affaire de décès multiples attribués à des produits fabriqués par la firme Bayer...

En ce qui concerne le tourisme, un petit chiffre vous permettra de vous rendre compte de l'ampleur de cette industrie dans la région : Rien qu'à Malaga, il y a 56 golfs... Inutile de dire que les conditions d'emploi ne sont pas meilleures que dans l'horticulture.
Autre aspect encore moins avoué dans cette industrie : Plus d'une dizaine de milliers de prostituées placent la région en première position européenne pour une certaine forme de « loisirs »...

Après le débat, nous retournons au camping jusqu'a à la fin de l'après midi, puis partons en cortège pour Almunécar, où nous resterons deux jours.

En cours de route, nous faisons une halte près d'un barrage en construction. Autre conséquence des serres : afin d'assurer leur irriguation, on crée un gigantesque réservoir s'étendant sur plusieurs vallées et submergeant bon nombre d'habitations...

Nous arrivons à Almunécar quasiment en même temps que les 7 copains d'AC! Côte d'Opale (Calais) qui rejoignent la caravanne.

Pendant la nuit, deux copains de Bordeaux et trois militantes d'un mouvement féministe marocain viendront compléter le groupe.

Nous nous installons dans un camping, tenu par des proches des militants de la CGT espagnole. Plusieurs affiches militantes accrochès aux mur du bar en attestent. Autre point caractéristique de ce camping : profitant du micro-climat sub-tropical d'Almunécar, il est installé dans un arboretum montrant nombre d'arbres et plantes exotiques. Toutes les tentes sont abritées par des avocatiers. Avantage : Nous sommes à l'ombre. Désavantage : des avocats risquent régulièrement de nous tomber sur la tête.. %-)

20h02: Un message SMS tombe sur mon portable : Premières estimations pour les élections législatives. Je retransmets l'info aux copains : surprise quand au grand nombre d'elus PC, constatation résignée quant aux PS et UMP, satisfaction sur le fait qu'aucun candidat FN serait élu. Et pas mal de commentaires sur le nombre d'abstentionistes...

Nous passons la soirée au camp, puis petite excursion en centre-ville en petits groupes.

Lundi :

Nouveau groupe arrivé pendant la nuit : Trois militantes d'un mouvement féministe marocain. :-)

Pas grand chose à faire dans la journée

A 18h tout le monde part en cortège vers Salobrena, une ville côtière très tourisitique, et nous arrêtons devant le centre culturel. Là, nous installons les chevalets destinés à supporter des panneaux montrant les conséquences des serres, et distribuons aux touristes des tracts en espagnol et en anglais dénoncant l'exploitation des travailleurs dans les secteurs horticole et touristique.

Une petite heure après, nous reprenons les voitures pour retourner sur Almunécar, afin de faire le même chose sur la place de la mairie. Objectif atteint, si ce n'est le fait que le cortège s'étant coupé à un carrefour d'Almunécar, un petit cortège tourna pendant près d'une heure dans la ville avant de retrouver les autres. Ceci gràce aux flics, qui devaient trouver un peu bizarre ces véhicules ornés de drapeaux passer plusieurs fois par les mêmes rues <g>.

A notre retour au camping, bonne surprise : 11 nouveaux arrivés, des militants de la SAC, le syndicat anarchosyndicaliste suédois. :-)

Nous sommes donc maintenant une soixantaine.

Ce qui nous fait maintenant entrer dans une nouvelle phase de la marche, celle de l'expansion. En effet, de nombreux autres groupes sont annoncés pour les prochains jours.
Nous rendant compte des difficultès que cela peut engendrer (hors de question que le petit incident de ce soir se reproduise avec plusieurs dizaines de voitures) ainsi que les problèmes de logistique que cela va engendrer, une AG est immédiatement organisée, avant même le repas. Nouveaux principes : les voitures se collent pare-choc contre pare-choc, de fašon à ce qu'aucune voiture extrene au groupe ne s'intercale. D'autre part, des personnes seront désignées afin de faire la cuisine et surveiller le bon netoyage des lieux d'hébergement.. Voyons dans quelques jours si ces principes sont respectés....

Programme de demain.

A 16h30, départ vers Malaga.

A+ Jacques.

Almunecar - Malaga

pied

 

 

Homepage

Secrétariat des Marches

Sommaire / Archives

Chronologie

Les Marches

E-Mail Webmaster